“Anatomie d’une chute” peut-il l’emporter face à “Oppenheimer”?


Depuis son triomphe en salles, “Oppenheimer” a enclenché une réaction en chaîne qui ne semble pouvoir aboutir qu’à son sacre dimanche aux Oscars. Mais le film français “Anatomie d’une chute” fait partie des rares concurrents capables de contrer ce scénario écrit d’avance.

France Télévisions – Rédaction Culture


Publié



Temps de lecture : 3 min

Affiches de "Anatomie d'une chute", et "Oppenheimer", en course pour l'Oscar 2024 du meilleur film. (JAKUB PORZYCKI / NURPHOTO / NURPHOTO VIA AFP)

Auréolé de 13 nominations, le portrait du père de la bombe atomique réalisé par Christopher Nolan se présente en immense favori pour la statuette du meilleur film, et quantité d’autres récompenses lors de la cérémonie. “Ce serait une surprise sans précédent si ‘Oppenheimer’ ne gagne pas” la récompense suprême, explique à l’AFP Scott Feinberg, chroniqueur au Hollywood Reporter.

Avec des critiques dithyrambiques et un casting impeccable, le film devrait sacrer Nolan comme meilleur réalisateur, et Robert Downey Jr comme meilleur second rôle masculin. Il est également favori dans de nombreuses catégories techniques – montage, photographie, son, bande originale.

Cillian Murphy, qui prête ses traits au scientifique Robert Oppenheimer, est également un sérieux candidat pour l’Oscar du meilleur acteur. Mais Paul Giamatti fait de la résistance, avec son personnage de professeur d’histoire acariâtre dans Winter Break.

“J’ai quasiment tout misé sur Oppenheimer cette année”, confie à l’AFP un votant membre de l’Académie, sous couvert d’anonymat. “C’est une réussite cinématographique tellement monumentale.”

“Outsider”

Avec cinq nominations, Anatomie d’une chute espère encore tirer son épingle du jeu. La Palme d’Or cannoise semble assurée de repartir avec l’Oscar du meilleur scénario original, comme aux Golden Globes et aux Bafta – l’équivalent des Césars britanniques. Une victoire dans une autre catégorie, dont celle du meilleur film, serait un exploit tonitruant pour le film de Justine Triet, seule femme nommée dans la catégorie meilleur réalisateur.

Les surprises restent toutefois possibles pour ce thriller judiciaire sur la dégringolade d’un couple d’artistes dysfonctionnels, où une écrivaine ambiguë incarnée par Sandra Hüller se retrouve accusée du meurtre de son mari. “Il ne faut pas sous-estimer Sandra Hüller (…), c’est l’outsider” pour l’Oscar de la meilleure actrice, reprend le votant anonyme.

L’actrice allemande pourrait perturber le duel annoncé entre Emma Stone et Lily Gladstone. Déjà récompensée pour La La Land, la première est en quête d’une seconde statuette grâce à son personnage de Frankenstein au féminin dans le conte baroque Pauvres Créatures. La seconde, star de Killers of the Flower Moon pourrait devenir la première actrice amérindienne à remporter ce prix grâce au thriller historique de Martin Scorsese sur le massacre silencieux d’une tribu dans les années 1920.

Si Sandra Hüller échoue sur ce front, elle pourra sûrement se consoler avec le succès programmé d’un autre film dont elle est à l’affiche : La Zone d’Intérêt. Cette chronique glaçante sur la vie insouciante d’une famille de nazis, paisiblement installés dans leur villa jouxtant le camp d’Auschwitz, est largement pressentie pour l’Oscar du meilleur film international. Une catégorie où Anatomie d’une chute ne peut pas concourir, faute d’avoir été sélectionné par les autorités françaises.

Le show “Barbie”

Présentée par l’humoriste Jimmy Kimmel pour la quatrième fois, la cérémonie sera nécessairement teintée de rose, pour célébrer le phénomène estival Barbie. Nommée dans huit catégories, la satire féministe de Greta Gerwig devrait se contenter de récompenses secondaires : sa réalisatrice et l’interprète de la poupée peroxydée, Margot Robbie, ont été snobées.

Mais après avoir dominé le box-office mondial l’an dernier, avec 1,4 milliard de dollars de recettes, le film assurera le show. Ryan Gosling, qui a marqué les esprits en Ken malfaisant, séduit par les sirènes du patriarcat, est notamment très attendu. Il interprètera sur scène sa chanson I’m Just Ken, balade sur la fragilité de l’égo masculin.

La star de la pop Billie Eilish chantera elle What Was I Made For?, le titre phare qu’elle a composé pour Barbie, favori pour l’Oscar de la meilleure chanson. Le spectacle devrait prendre une tonalité plus grave, avec la victoire pressentie de 20 jours à Marioupol, récit des atrocités de la guerre en Ukraine, dans la catégorie meilleur documentaire.

Enfin côté animation, le maître japonais Hayao Miyazaki (Le Garçon et le Héron) est promis à un duel face à l’homme-araignée, star du dessin animé Spider-Man : Across the Spider-Verse. La 96e cérémonie des Oscars débutera dimanche 16H00 à Hollywood.



Source link

Leave a Comment