Bitcoin fait une percée dans la finance décentralisée – 27/02/2024


Bitcoin s’aventure dans le domaine de la finance décentralisée (DeFi). Depuis début février, la blockchain publique a accumulé quasiment deux milliards de dollars dans ses 14 protocoles de finance décentralisée. Bitcoin va-t-elle faire de l’ombre à Ethereum, le leader du marché dans l’écosystème DeFi ?

Un peu de contexte avant tout

En novembre 2013, un adolescent visionnaire du nom de Vitalik Buterin, âgé de 19 ans à peine, a imaginé Ethereum pour répondre à l’approche plutôt linéaire de la technologie blockchain du Bitcoin. Ethereum devait être le canevas de la riche tapisserie de programmation qui ouvrirait l’ère de la finance décentralisée, ou DeFi. Il s’agissait d’un domaine dans lequel Bitcoin, dans sa forme originale, ne pouvait pas s’aventurer.

Pour expliquer sa pensée, Buterin a comparé le Bitcoin à une calculatrice de poche et une nouvelle blockchain semblable à un smartphone pour expliquer Ethereum. “Une calculatrice de poche fait une chose et elle fait bien une chose, mais en réalité, les gens veulent faire toutes ces autres choses. Et si vous avez un smartphone, vous avez une calculatrice de poche en tant qu’application”, a-t-il déclaré. En conséquence, il a proposé Ethereum, le smartphone de la cryptosphère. C’est-à-dire que le langage script initial de Bitcoin a maximisé la sécurité au détriment de la programmabilité, ce qui limitait les ambitions du jeune Buterin.

Mais en 10 ans les choses ont bien évolué, surtout ces derniers mois. Aujourd’hui, les partisans de Bitcoin s’impatientent de voir les applications DeFi se frayer un chemin dans l’écosystème de la finance décentralisée. 

Le début d’une nouvelle ère ? 

Des améliorations technologiques telles que Taproot – une mise à jour sur la blockchain Bitcoin – il y a un an, ont donné un nouveau souffle au réseau, lui permettant de prendre en charge des transactions et des codages plus sophistiqués. Cela ouvre la voie à une multitude de nouvelles initiatives Bitcoin DeFi et NFT, notamment l’inauguration de solutions de seconde couche (Layer 2), des échanges décentralisés (DEX) et des ponts (Bridge) – des outils technologiques qui promettent de relier la blockchain Bitcoin à d’autres. Pour ceux qui connaissent bien l’écosystème DeFi d’Ethereum, cela peut sembler un terrain familier, mais c’est une toute nouvelle frontière pour Bitcoin. 

La valeur totale vérouillée des jetons (TVL) sur la scène DeFi de Bitcoin a triomphalement franchi le seuil du milliard de dollars mardi dernier, et se rapproche désormais des deux milliards de dollars selon les données de DeFiLlama.

Pour rappel, la valeur totale verrouillée, ou Total Value Locked (TVL) correspond à la valeur globale des actifs (en dollars) déposés et bloqués (durant une certaine période) dans les protocoles de DeFi à travers des contrats intelligents (smart contract). Une augmentation de la TVL est synonyme d’une augmentation de la liquidité et de la popularité des protocoles. A l’inverse, une TVL en diminution implique une liquidité détériorée et des rendements inférieurs sur les produits proposés.

TVL DeFi de Bitcoin

DefiLlama

Bitcoin deviendra-t-il la prochaine coqueluche de la DeFi ? Rien n’est joué, il y a surtout un effet “ETF Bitcoin Spot”.

Après les débuts des fonds négociés en bourse (ETF) américains sur le bitcoin le 11 janvier, les fans de la plus ancienne des cryptomonnaies veulent continuer de capitaliser sur la vague de l’enthousiasme. Bien que le bitcoin ait franchi la barre des 55 000 dollars, il reste en deçà de son pic de historique, en novembre 2021, à près de 69 000 dollars. Mais une augmentation de la demande, via les ETF notamment, est considérée comme une aubaine de profits pour tous les acteurs de l’écosystème du bitcoin, des mineurs les plus fidèles aux plus enthousiastes qui font leurs premiers pas dans l’industrie. La réputation de longue date de Bitcoin en tant que blockchain la plus décentralisée et la plus sûre lui confère un air de crédibilité et d’attrait pour l’hébergement d’une place financière de pair à pair.

L’approbation de l’ETF a aussi semblé consolider le statut du bitcoin en tant qu’équivalent numérique de l’or aux yeux de ses partisans. L’évolution d’une place financière décentralisée sur les épaules de Bitcoin est considérée par certains non seulement comme une expansion, mais aussi comme un hommage à sa vision initiale d’un système de monnaie électronique décentralisé. L’effet “ETF Bitcoin Spot”, en tant qu’événement “validant” l’actif dans la finance traditionnelle, pousse les spéculateurs à capitaliser sur l’essor de la DeFi sur Bitcoin sans réellement savoir où cela va mener.

Les défis de la DeFi

L’écosystème Bitcoin DeFi, comme les marchés DeFi sur d’autres blockchains, sera confronté à des défis. L’un des principaux risques est celui des escroqueries potentielles et des “rug pulls”, c’est-à-dire lorsque les fondateurs d’un projet commercialisent des jetons avec un marketing bien rôdé qui aveugle les novices et disparaissent ensuite avec les fonds collectés. Historiquement, les adeptes du bitcoin sont fiers de se démarquer du reste du peloton des blockchains publiques, en jetant souvent une lumière douteuse sur les projets obscurs d’Ethereum, Solana et consorts.

En revanche, Bitcoin reste toujours loin du leader du marché de la finance décentralisée. Ethereum contrôle plus de 60 % de la valeur totale verrouillée en dollars (TVL) de la DeFi sur toutes les plateformes. Bitcoin DeFi est loin derrière les autres chaînes, se classant 6e par TVL avec 14 protocoles actifs pour “seulement” 1,9 milliards de dollars. Cela représente une infime fraction par rapport à la valorisation de 47,9 milliards de dollars de TVL d’Ethereum dispersés dans quasiment 1000 protocoles DeFi. 

Comparaison de la TVL des blockchains

DefiLlama

Mais c’est inévitable : à mesure que la blockchain Bitcoin devient un foyer de nouveaux projets, le spectre des escroqueries s’élargit, ce qui pose la question : Comment Bitcoin, le titan de la blockchain dont la valeur de marché dépasse les 1 000 milliards de dollars, relèvera-t-il le défi de contrôler son propre domaine numérique ? L’aventure, semble-t-il, ne fait que commencer.



Source link

Leave a Comment