découvrez l’histoire vraie de Catherine Dolgorouki, jouée par Romy Schneider


De La Banquière à César et Rosalie, en passant par Le Vieux fusil, La Piscine ou La Passante du Sans-Souci, Romy Schneider a à son actif quelques-uns des plus beaux films du cinéma français. Mais à ses débuts au cinéma, la comédienne autrichienne a plusieurs fois joué des femmes qui ont marqué l’Histoire dans des films en costume. D’abord dans Les jeunes années d’une reine, en 1954, où elle incarnait la Reine Victoria, puis dans les Sissi bien sûr, où elle a prêté à trois reprises ses traits à l’impératrice Élisabeth de Wittelsbach entre 1955 et 1957. Dans Katia, diffusé ce dimanche 31 mars 2024 à 21h sur Arte, sorti au cinéma 1959, l’actrice, qui avait signé un étrange testament 19 jours avant sa mort, campe encore une fois une héroïne historique, en l’occurrence Ekaterina Mikhaïlovna Dolgoroukova, plus connue en France sous le nom de Catherine Dolgorouki.

Qui est Catherine Dolgorouki qui a inspiré le film Katia ?

Si Catherine Dolgorouki a marqué l’Histoire, c’est parce qu’elle a vécu une incroyable histoire d’amour avec le tsar Alexandre II, qui a été le seul et unique homme de sa vie. Fille du prince Michel Dolgorouki, elle a suivi une éducation de qualité, fréquentant notamment l’Institut Smolny, un école pour jeune filles de bonne famille située à Saint-Pétersbourg. C’est dans le cadre d’une visite officielle de Nicolas II que Catherine Dolgorouki fait la connaissance du souverain. Le tsar tombe immédiatement sous le charme de la jeune de femme de 17 ans. Et qu’importe s’il est déjà marié et qu’il a 29 ans de plus qu’elle, il lui déclare sa flamme avec fougue. Bien qu’elle aussi sous le charme, Catherine Dolgorouki résiste pendant deux ans avant de céder aux avances de Alexandre II. Elle devient alors la maîtresse du tsar. Fous d’amour, ils entament une liaison passionnée. De cette relation adultérine naissent quatre enfants : Georges en 1872, Olga en 1873, Boris en 1876 et Ekaterina en 1878.

La suite sous cette publicité

Catherine Dolgorouki, veuve huit mois après son mariage

Lorsque l’impératrice Maria Alexandrovna meurt le 3 juin 1880, Alexandre II voit là l’occasion de donner à Catherine Dolgorouki toute la place qu’elle mérite à ses yeux. Il l’épouse donc le 18 juillet 1880. “C’est un particulier et non un empereur qui répare une faute commise par lui et répare la réputation d’une jeune fille“, déclare le tsar. Il n’empêche que ce mariage, moins de deux mois après le décès de sa première épouse, passe très mal. Épouse morganatique d’Alexandre II, Catherine Dolgorouki n’a pas le titre d’impératrice et la Cour le lui fait bien ressentir. Elle est la cible d’humiliations permanentes. Pour mettre fin à cette situation intenable, Alexandre II envisage même de la faire couronner impératrice, mais il n’en aura pas le temps. En effet, le 13 mars 1881, le tsar est victime d’un attentat qui lui est fatal. Son fils Alexandre III lui succède et exile immédiatement sa belle-mère. Catherine Dolgorouki s’installe alors à Nice avec ses enfants, où elle finit paisiblement ses jours le 15 juillet 1922, à l’âge de 74 ans.

La suite sous cette publicité



Source link

Leave a Comment