DIRECT. Disparition d’Emile : les ossements découverts ne suffisent pas à “dire quelle est la cause de la mort” du petit garçon


Morsures et fractures sur le crâne, vêtements, pistes privilégiées… ce qu’il faut retenir du point presse du procureur

Jean-Luc Blanchon, procureur de la République d’Aix-en-Provence, a tenu une conférence de presse en fin d’après-midi lors de laquelle il a dévoilé de nouveaux éléments entourant la mort du petit Emile , dont les ossements ont été retrouvés samedi.

Les ossements découverts ne suffisent pas à “dire quelle est la cause de la mort d’Emile”

Malgré la découverte des ossements ce week-end, il n’est, pour l’heure, pas possible de “dire quelle est la cause de la mort d’Emile”, a précisé le procureur de la République d’Aix-en-Provence.

“Des fissures post-mortem”, des “petites fractures” et “des traces de morsures” décelées sur le crâne

“Des fissures post-mortem”, des “petites fractures” et “des traces de morsures” ont été décelées sur le crâne d’Emile. “Un maxillaire est absent, sans que l’on puisse savoir si elle s’est détachée naturellement ou sous l’effet d’une traction”, a ajouté le magistrat. “Des analyses se poursuivent”, a poursuivi Jean-Luc Blanchon.

La randonneuse qui a découvert le crâne d’Emile l’a placé “dans un sac en plastique” avant de contacter les autorités, des vêtements retrouvés

Le crâne du bambin a été retrouvé sur un terrain escarpé, dans une zone “très végétalisée”, a précisé Jean-Luc Blanchon. “Certains vêtements” – “un tee-shirt, ses chaussures et une culotte” – ont été retrouvés non loin des ossements, et “n’étaient pas rassemblés au même endroit mais éparpillés sur quelques mètres”. Tous ces effets feront bientôt l’objet d’analyses, a ajouté le procureur de la République.

Le procureur salue “la mobilisation massive” des bénévoles et des gendarmes

Jean-Luc Blanchon, le procureur de la République d’Aix-en-Provence, a également adressé ses “pensées” aux parents d’Emile, qui ont vécu “des heures douloureuses”.

La conférence de presse du procureur en direct

La conférence de presse du procureur de la République d’Aix-en-Provence doit démarrer à 18 heures

Une zone de recherche “difficile d’accès” 

La zone où les ossements d’Emile ont été retrouvés serait “difficile d’accès”, à proximité d’un ravin avec des pentes raides, précise BFMTV.

Pourquoi des entomologistes ont-ils été appelés? 

Dans le cadre des analyse des ossements d’Emile, des entomologistes ont été appelés. Ces spécialistes des insectes vont tenter de dater la mort d’Emile à partir des insectes trouvés autour de ses ossements, nous apprend BFMTV. Ces spécialistes font partie de l’équipe d’experts d e l’IRCGN, ils s’intéressent aussi aux pollens.

Le procureur de la République d’Aix-en-Provence va tenir une conférence de presse à 18 heures. 

BFM DICI nous apprend que le procureur prendra la parole à 18 heures pour faire le point sur l’enquête, deux jours après l’annonce de la découverte des ossements d’Emile, au Haut-Vernet.

Les circonstances de la découverte des ossements étudiés par les enquêteurs

Au lieu de les laisser sur place pour faciliter le travail d’investigations, la promeneuse qui a découvert les ossements a pris la décision de les amener directement à la gendarmerie.

Un geste qui questionne, à la fois car le lieu en question, nommé par les locaux “les quatre chemins” avait été ratissé à plusieurs reprises, mais également car les conditions météo ce jour n’étaient pas particulièrement favorables à une randonnée, relève France3 PACA .

Près de 48 heures après l’annonce de la découverte des ossements d’Emile, quelles sont les pistes privilégiées par les enquêteurs? 

Accident ? Homicide involontaire ? Meurtre ? Certaines portes se sont fermées, mais beaucoup sont encore ouvertes.

La cartographie des lieux de la découverte 

Un hameau bouclé et quadrillé par des dizaines de militaires : deux jours après la découverte d’ossements appartenant au petit Émile , le Haut-Vernet (Alpes-de-Haute-Provence) se retrouve – à nouveau – coupé du monde ce lundi 1er avril.

Les recherches se poursuivent au Haut-Vernet 

“Les recherches dureront le temps qu’il sera nécessaire”, a averti lors d’une conférence de presse au Vernet le colonel Pierre-Yves Bardy, commandant du groupement de gendarmerie des Alpes-de-Haute-Provence, en charge de sécuriser le secteur où travaillent les experts de terrain, dont des anthropologues et des maîtres-chiens : “Il faut éviter que des randonneurs ou d’autres personnes viennent polluer le site”.

Bienvenue dans ce direct

Suivez toute l’actualité de l’enquêter sur la mort d’Emile, en direct sur ladepeche.fr .



Source link

Leave a Comment