Élections en Russie: Poutine et trois fantoches


En Russie, tout a été élaboré pour que Vladimir Poutine sorte des élections avec un cinquième mandat de président, qui le verrait tenir le Kremlin au moins jusqu’en 2030.

Les bureaux de vote ont ouvert ce vendredi en Russie, pour une élection présidentielle aux résultats attendus sans surprise. L’équation est simple. Il y a Poutine et trois fantoches. Qui reste-t-il à la fin?

Depuis fin 1999, Vladimir Poutine règne sur la Russie. En un quart de siècle, il a exécuté quatre mandats de président et un de Premier ministre. En 2020, il a fait changer la Constitution pour se maintenir au Kremlin jusqu’en 2036. Il a actuellement 71 ans; il en aurait alors 83.

Trois autres candidats ont reçu la permission de se présenter.


Les opposants qui avaient tenté de faire acte de candidature ont été écartés par la commission électorale.

Quels sont les candidats à l’élection russe?

Nikolaï Kharitonov, 75 ans, membre du parti communiste, est en réalité un soutien du Kremlin. Ce vieux briscard de la politique russe, député à la Douma depuis 1993, avait déjà été candidat face à Poutine en 2004.

Leonid Sloutsky, 56 ans, est le chef du Parti libéral-démocrate, formation nationaliste et conservatrice. Il défend l’esprit d’entreprise et soutient clairement la politique du président, notamment dans sa guerre menée en Ukraine.

Vladislav Davankov, du parti Nouveau Peuple, milite pour les entreprises et la modernisation de l’économie. Il reste plus flou sur ses positions par rapport à Poutine et l’invasion de l’Ukraine, sans s’y opposer.

Bref, où sont les vrais opposants? Écartés. Ceux qui avaient tenté de faire acte de candidature ont été recalés par la commission électorale. Comme Boris Nadejdine, un ancien député, ou Ekaterina Dountsova, une journaliste. Tous deux s’opposent ouvertement à la guerre.

L’opposant le plus virulent au régime poutinien était Alexeï Navalny, qui est mort en février alors qu’il croupissait dans une prison de l’Arctique.

Jusqu’à quand Poutine sera-t-il président?

Cette élection présidentielle se déroule jusqu’à dimanche soir. Les résultats seront annoncés rapidement après la fermeture des bureaux. Ils désigneront le vainqueur, qui sera investi en mai, pour un mandat de six ans, jusqu’en 2030 donc.

Poutine est assuré de l’emporter parce qu’il bénéficie d’une forte popularité dans son pays, ayant ramené la Russie sur le devant de la scène internationale après le déclin de l’URSS. Il n’a pas de réel opposant sur les listes.

Les observateurs de l’OSCE ne pourront vérifier que ces élections restent conformes aux standards internationaux; ils n’ont pas été invités par Moscou.

Quel est le programme de Poutine?

Le président n’a pas approfondi son programme, puisqu’il n’a pas participé à des débats électoraux.

Mais lors de son discours à la nation, fin février, il avait annoncé un mégaprogramme d’investissements rappelant les plans quinquennaux de l’Union soviétique. Des milliards de roubles, une modernisation du pays, une incitation à faire des enfants, la lutte contre la pauvreté, une revalorisation de l’enseignement professionnel et technique…

Il reste résolu à poursuivre sa guerre en Ukraine, avec toute une économie qui doit appuyer ce dessein: fabrication de matériel militaire, développement des marchés asiatiques pour vendre le pétrole russe, etc.

Qui va aller voter?

Il y a quelque 114 millions d’électeurs potentiels, en Russie, à l’étranger et dans les territoires annexés de l’Ukraine. On estime qu’entre 70 et 80 millions de personnes voteront. Un système de vote en ligne et à distance est proposé en plus des bureaux.

Ioulia Navalnaïa, épouse de Navalny, a rappelé que son mari proposait que les électeurs se rendent dans les bureaux ce dimanche à midi, pour voter contre Poutine. Mais le parquet moscovite a mis en garde contre toute action de protestation pendant le scrutin.



Source link

Leave a Comment