Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Claude François, Daniel Herrero… Qui était Félix Golési, œil talentueux de Var-Matin qui les a tous photographiés?


Il fait partie de ceux qui ont porté la photographie de presse régionale à son plus haut niveau d’exigence. C’est aussi un pan de l’histoire du groupe Nice-Matin / Var-Matin et de notre territoire, tout simplement, qui est retracé à travers l’exposition consacrée à notre ancien confrère, Félix Golési (1950-2022), à la maison de la photographie, à Toulon (1). À la rencontre des yéyés dans les années 1970 à Saint-Tropez et des grands sportifs dans le Var, et pas seulement des joueurs de rugby…

Stars accessibles

Claude François en concert. (Photo Félix Golési).

Sur les murs de la maison de la photographie de Toulon, ses photos s’affichent jusqu’au 13 avril.

Johnny Hallyday et Sylvie Vartan sont côte à côte dans un moment qui semble intime, en train de feuilleter ensemble un album: “les stars étaient beaucoup plus accessibles, rappelle Patrick Blanchard, son ancien adjoint et chef de service. Les artistes prenaient, eux, les photographes de presse pour de vrais professionnels, alors que leurs collègues venus pour rédiger l’article les considéraient comme de simples presse-bouton “.

Peu ou pas d’école pour apprendre le métier, “les appareils argentiques n’avaient quasiment pas d’automatisme, c’était assez compliqué, pas donné à tout le monde. Félix excellait là-dedans “.

Même si photographe et rédacteur passaient alors des journées entières sur ces sujets, ce qui facilitait la relation avec les stars – “on déjeunait avec eux, des amitiés ont même pu se nouer “, se rappelle son binôme Yves Merens-, les photos de stars de Félix Golési restent souvent posées.

C’était un metteur en scène. il choisissait le thème de la photo. Il a apporté un côté professionnel et artistique qui n’existait pas dans le journal “, explique Yves Merens. Plus tard, en 1998, il sera d’ailleurs appelé à y créer le service photo, qui n’existait pas jusque-là, et à le diriger.

Au journal L’Équipe

Mais il savait tout aussi bien saisir un Claude François sur le vif, en pleine hystérie lors d’un concert et un joueur de foot effectuant une passe décisive, ce qui lui ouvrit, dans sa deuxième vie, les portes de L’Équipe et à Paris-Match.

Les clichés d’André et Daniel Herrero, deux légendes de Mayol réunies ou de Jacques Anquetil, pensif, comme on l’a rarement vu côtoient ceux d’une foule immense dans les rues de Toulon pour le retour des vainqueurs du Championnat de France de rugby, en 1992, au cœur de l’actualité.

Il y a aussi les 20 ans de chansons de Bécaud à l’opéra de Toulon, Charles Aznavour, Jean Gabin en 1976, Johnny Hallyday et Michel Sardou du temps de l’amitié, Carlos, Jacques Dutronc, Jean-Michel Jarre et Charlotte Rampling avant leur mariage, Jack Nicholson… On redécouvre le navigateur Alain Colas, qui semble avoir déjà le regard perdu (2), Eddy Merckx qui arrive au sommet du Faron… On ne compte plus le nombre de sportifs ou de “people” qu’il a immortalisés au cours, notamment, de vingt ans de saisons estivales à Saint-Tropez.

1. En partenariat avec le Club de la presse 83

2. Disparu en mer en 1978, lors de la première route du Rhum, à bord du Manureva.

> Jusqu’au 13 avril à la maison de la photographie, place du Globe à Toulon. Du mardi au samedi, de 12h à 18h, fermée les jours fériés. Gratuit.



Source link

Leave a Comment