Julian Assange obtient un nouveau sursis contre son extradition: les grandes dates de la saga WikiLeaks







Juillet 2010

WikiLeaks publie des documents confidentiels



Capture d’écran du site WikiLeaks en 2010.

Le site internet WikiLeaks, créé par Julian Assange, diffuse 70.000 documents confidentiels sur les opérations de la coalition internationale en Afghanistan, qui seront repris par la presse mondiale.

En octobre, quelque 400.000 rapports concernant l’invasion américaine en Irak sont publiés, puis, un mois plus tard, le contenu de 250.000 câbles diplomatiques américains. Parmi ces documents figure une vidéo montrant des civils, dont deux journalistes de l’agence Reuters, tués par les tirs d’un hélicoptère de combat américain en Irak en juillet 2007.







Novembre 2010

Mandat d’arrêt contre Julian Assange


.
Capture d’écran du site Internet d’Interpol prise le 7 décembre 2010.

Le 18 novembre, la Suède lance un mandat d’arrêt européen contre Julian Assange dans le cadre d’une enquête pour viol et agression sexuelle de deux Suédoises en août 2010. L’Australien assure qu’elles étaient consentantes.

Julian Assange se livre finalement à la police britannique le 7 décembre, dans le cadre de cette affaire. Il est détenu neuf jours puis assigné à résidence.







Février 2011

Extradition vers la Suède validée

En février 2011, un tribunal londonien valide la demande d’extradition suédoise. L’Australien redoute d’être ensuite extradé aux États-Unis pour la fuite de documents confidentiels et d’y encourir la peine de mort.







Juin 2012

Julian Assange se réfugie à l’ambassade d’Équateur à Londres



Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, s’adresse aux médias et à ses partisans depuis le balcon de l’ambassade de l’Équateur, dans le centre de Londres, le 5 février 2016. / AFP / Jack Taylor

Après avoir épuisé les recours pour contrer le mandat d’extradition, Julian Assange se réfugie à l’ambassade d’Équateur à Londres et demande l’asile politique. L’Équateur, présidé alors par la figure de la gauche sud-américaine Rafael Correa, le lui accorde en août, puis exige, en vain, un sauf-conduit de Londres pour qu’il se rende en Équateur.

Le fondateur de WikiLeaks restera cloîtré dans l’ambassade pendant près de sept ans, pour échapper à son arrestation dans le cadre du mandat d’arrêt européen lancé contre lui. Il redoute toujours d’être transféré aux Etats-Unis, qui voudraient le juger pour la publication de centaines de milliers de documents diplomatiques et militaires par WikiLeaks. Il obtient la nationalité équatorienne, avant d’en être déchu en 2019.

Lire plus







Avril 2019

Arrestation par la police britannique



Julian Assange est arrêté par la police britannique à Londres, en Grande-Bretagne, le 11 avril 2019.

Le nouveau président équatorien, Lenin Moreno, lui-même cible des révélations de WikiLeaks, affirme que Julian Assange a violé l’accord sur ses conditions d’asile et décide de l’expulser. Entre-temps, l’enquête pour viol a été classée sans suite en Suède, mais la police britannique arrête l’Australien devant l’ambassade équatorienne à Londres en vertu d’une demande d’extradition américaine pour “piratage informatique”.

Julian Assange sera condamné, le 1er mai, à 50 semaines de prison par un tribunal londonien pour violation, sept ans auparavant, des conditions de sa liberté provisoire.

Lire plus







Mai 2019

Nouvelle inculpation américaine



Des manifestants protestent devant le tribunal de Westminster Magistrates, où se tient une audience du fondateur de WikiLeaks Julian Assange, dont les États-Unis souhaitent l’extradition.

En plus des faits de “piratage informatique”, la justice américaine inculpe Julian Assange de 17 nouveaux chefs en vertu des lois anti-espionnage. Il encourt jusqu’à 175 ans d’emprisonnement.

Le 21 octobre, Julian Assange, confus et bredouillant, comparaît pour la première fois devant le tribunal de Westminster Magistrates.







Janvier 2021

Refus d’extradition

Un an après avoir commencé à examiner la demande américaine d’extradition, la justice britannique rejette la demande, estimant que les conditions d’incarcération aux États-Unis posent un risque de suicide. Julian Assange reste en détention au Royaume-Uni.







Décembre 2021

Bataille judiciaire

La Haute Cour de Londres annule en appel le refus d’extradition, estimant que les États-Unis ont fourni des assurances sur le traitement qui lui serait réservé. Deux semaines plus tard, la défense de Julian Assange dépose une demande de recours devant la Cour suprême britannique, qui refuse de se saisir.

Lire plus







Avril 2022

Extradition autorisée



Des manifestants brandissent des banderoles de soutien au fondateur de Wikileaks, Julian Assange, devant la Westminster Magistrates Court à Londres.

Le tribunal de Westminster Magistrates à Londres rend officiellement une ordonnance d’extradition, puis en juin, la ministre britannique de l’Intérieur Priti Patel signe le décret d’extradition. L’Australien fait appel de cette décision le 1er juillet 2022.

En novembre 2022, cinq grands journaux (The New York Times, The Guardian, El Pais, Le Monde et Der Spiegel) puis le Premier ministre australien appellent les États-Unis à abandonner les poursuites.







Février 2024

Possibilité d’un dernier recours



Stella Assange, l’épouse du fondateur de WikiLeaks, s’adresse aux partisans devant la Haute Cour à Londres, en Grande-Bretagne, le 21 février 2024. REUTERS/Toby Melville.

Deux jours d’audience sont organisés en février 2024 à la Haute Cour de Londres pour examiner la possibilité d’accorder à Julian Assange un dernier recours contre son extradition. Souffrant, l’Australien n’y participe pas.

La justice britannique a finalement demandé mardi aux Etats-Unis de nouvelles garanties quant au traitement qui serait réservé au fondateur de WikiLeaks. Washington a un délai de trois semaines pour fournir ces garanties, qui seront évaluées lors d’une audience le 20 mai, sans quoi la justice britannique accordera au fondateur de Wikileaks un dernier recours au Royaume-Uni contre son extradition.

Lire plus







Source link

Leave a Comment