La vraie raison pour laquelle Romy Schneider a refusé de jouer dans un quatrième film Sissi


Romy Schneider, actrice emblématique du cinéma européen, demeure dans les mémoires pour son rôle inoubliable en tant qu’impératrice Élisabeth d’Autriche, communément appelée Sissi. Alors que son interprétation dans la saga Sissi la propulsait vers les sommets de la gloire, Romy Schneider ressentait un profond malaise vis-à-vis de ce personnage, au point de refuser de tourner un quatrième film malgré une offre alléchante. Et ce, pour différentes raisons.

Romy Schneider, née en 1938 à Vienne en Autriche, incarne l’essence même de l’élégance dans le monde du cinéma des années 50. Dès ses débuts, elle captive les spectateurs par sa beauté. Fille des comédiens Wolf Albach-Retty et Magda Schneider, elle baigne dès son plus jeune âge dans l’univers artistique et sa famille la prédispose naturellement à une carrière dans le cinéma.

Le rôle le plus emblématique de la carrière de Romy Schneider est celui de l’impératrice Élisabeth d’Autriche, surnommée affectueusement Sissi. Cette saga, composée de trois films – Sissi en 1955, Sissi impératrice en 1956 et Sissi face à son destin en 1957 – propulse l’actrice au rang de star grâce au grand succès de Sissi au box-office, et ce à un très jeune âge, car elle avait seulement 16 ans lors du tournage du premier film. 

Une volonté de se détacher du rôle de Sissi

Malgré le succès, l’actrice ressentait un malaise avec son personnage dès le premier film. Elle déclarait même : « Je me représente en pâtisserie viennoise que l’on voudrait dévorer« , témoignant ainsi de son désir de ne pas être réduite à une simple image de belle actrice.

Outre le malaise vis-à-vis de son personnage, les conditions de tournage étaient également difficiles pour la comédienne germano-française. Les costumes somptueux, mais étouffants, ainsi que les perruques pesant jusqu’à six kilos lui causaient d’atroces maux de tête. Elle se sentait prisonnière de cet attirail, ce qui ne faisait qu’accentuer son désir de s’en éloigner.

Sissi qui lit un livre
© SNC

Alors quand le projet d’un quatrième film consacré à l’impératrice d’Autriche lui est proposé, Romy Schneider va refuser. La première raison déjà évoquée est qu’elle était épuisée par ce rôle, mais un autre facteur important dans sa décision fut sa relation avec sa mère, Magda Schneider, également actrice. Cette dernière incarnait sa mère à l’écran, prêtant ainsi ses traits à Ludovica, la mère de Sissi, mais voyait surtout en la saga Sissi une opportunité financière et pressait sa fille de continuer dans cette voie, malgré son très jeune âge.

C’était aussi pour sa mère une occasion de redorer son image, car celle-ci avait une étiquette de sympathisante au régime nazi collée à la peau. Ce poids familial, ajouté à celui du personnage de Sissi, contribuait à l’épuisement de l’actrice pour le rôle.

Une offre incroyable pour la retenir

On comprend donc bien que la décision de Schneider de refuser de tourner dans un nouveau film Sissi ne fût pas seulement motivée par des raisons artistiques ou matérielles, mais par un désir d’émancipation personnelle et professionnelle. Cette décision marqua le début d’une carrière internationale pour l’actrice, lui permettant de briller dans des rôles divers, loin des contraintes de la princesse Élisabeth de Bavière.

Romy Schneider dans le film Sissi de 1955.
© SNC

Pourtant, les producteurs étaient prêts à beaucoup de choses pour qu’un quatrième film voie le jour. En effet, Romy Schneider confiera avoir refusé une offre de 80 millions de Deutsche Marks pour reprendre le rôle emblématique, une somme très importante pour l’époque.

Ce geste témoigne de sa détermination à suivre sa propre voie artistique, indépendamment des pressions extérieures et des conventions du cinéma. C’est une décision qu’elle ne regrettera jamais, jusqu’à sa mort tragique en 1982 à l’âge de 43 ans.

Lundi’spensable

Le meilleur de
dans ta boite mail



Source link

Leave a Comment