“Le meilleur comme le pire” : Jean-Paul Gaultier fait des confidences sur sa consommation d’émissions télé (VIDEO)


Jean Paul Gaultier s’engage une nouvelle fois dans la lutte contre le VIH/sida. Nommé ambassadeur de l’association Sidaction en 2020, il ne cesse de manifester son soutien en faveur de cette cause. Depuis ses débuts, le créateur a toujours pris position en faveur de la prévention et de la sensibilisation. En 1996, il introduit dans sa collection printemps-été un modèle de vêtement orné du slogan “Safe sex for ever”, un message engagé en mémoire de son partenaire et grand amour, Francis Menuge, emporté par le sida en 1990.

Aux côtés de personnalités telles que Line Renaud, cofondatrice et vice-présidente de l’association, il œuvre pour soutenir la recherche et l’aide aux personnes touchées par la maladie. 

Cette initiative s’inscrit dans le cadre des célébrations des 30 ans du Sidaction. Pour marquer cet événement, une soirée exceptionnelle est prévue au Grand Rex, avec la participation d’artistes de renom. Line Renaud, figure emblématique du Sidaction, accueillera les invités comme Pascal Obispo, Patrick Bruel, Muriel Robin, Olivia Ruiz, Nolwenn Leroy, Vincent Niclo, Hélène Ségara, Patrick Hernandez, Anne Sila, Raphael, Eddy De Pretto, Michèle Bernier, Camille Lellouche, Bilal Hassani, Pomme, Hervé, La troupe Les 10 commandements…

Invité par Léa Salamé et Christophe Dechavanne, présentateur du premier Sidaction, et figurant parmi les premières personnalités à proposer le préservatif à un franc dans l’émission Quelle époque !, Jean-Paul Gaultier est revenu sur sa carrière. 

Alors qu’il a pris sa retraite il y a quelques années, Jean-Paul Gaultier, 71 ans, a été et restera une icône dans le monde de la monde. Il explique sur le plateau de France 2 avoir commencé sa carrière en dessinant et rêvant, et avoir créé “les seins coniques pour mon ourson, pour qu’il soit plus féminin”. 

Mais ce qui a vraiment donné envie au jeune Jean-Paul de se lancer, c’est un film, “Falbalas”, avec Micheline Presle, qu’il a vu enfant à la télévision. 

Il explique : “J’ai voulu faire ce métier là d’après la télévision. Je suis un vrai enfant de la télé”. 

Léa Salamé lui demande alors ce qu’il regarde. “Tout ! Le meilleur et le pire !”, répond franchement le couturier. 

“Le pire c’est quoi ?”, questionne l’animatrice. 

Je ne sais pas ça peut être des choses atroces, des trucs de la télé-réalité, même des choses comme ça. Mais à un moment je sature quand même”, confie le créateur. 

“Ah non je peux regarder tout. Franchement. Je trouve que ça éveille l’esprit” ajoute-t-il

Amanda Lear, également présente sur le plateau, révèle que pendant l’Eurovision, ils échangent des textos pour commenter le show. 

Il rapporte également un souvenir d’enfance : “J’ai eu la chance que ma grand-mère me laisse tout voir”. Une grand-mère bien aimée qui l’a souvent gardé et qui l’a initié à la couture. 



Source link

Leave a Comment