Même en supériorité numérique, Charleroi est contraint de partager face au Cercle de Bruges


C’est le match le plus important de ces dix dernières années pour le Sporting.” déclarait Felice Mazzù à notre micro en conférence de presse. C’est simple, si le Charleroi veut éviter de jouer les play-downs, la victoire est presque obligatoire. Un seul point peut suffire, mais il faudra alors compter sur un mauvais résultat de l’OHL. Sachant que le dernier match des Carolos en phase classique, est un déplacement à Gand. Tout sauf facile. Un match plus qu’important et coriace face au Cercle de Bruges qui doit aussi gagner pour espérer jouer les PO1 de leur côté. 
 
 
Vu les différents enjeux de cette rencontre, le public aurait pu s’attendre à une première mi-temps plutôt fermée. Mais le Cercle ne l’entend pas de cette façon. Les Brugeois vont rapidement se montrer dangereux et pousser Koffi à rapidement s’illustrer (8e et 10e) notamment sur des frappes de Denkey. Charleroi a beaucoup de travail en défense et souffre. Le Cercle a l’opportunité à plusieurs reprises de tuer le match. Pendant 20 minutes, le Cercle sera le plus offensif. Il faudra attendre la 24e pour voir le Sporting inquiéter le portier brugeois. Charleroi trouve, tout de même, des solutions sur le côté droit grâce au bon travail de Petris. Si les occasions sont pauvres pour Charleroi, Mazzù et l’équipe va prendre un coup, car Mbenza sortira sur blessure. Mais alors que Badji est lancé en profondeur et parvient à se défaire de Popovic, le défenseur brugeois va devoir faire la faute afin d’éviter le duel entre Badji et Warleson, le gardien du Cercle. Dernier défenseur, le joueur adverse verra la carte rouge (40e). Avec un score vierge et en supériorité numérique, Charleroi a plus que jamais son destin en main pour vaincre et partir avec les trois points.
 

Un pénalty raté et des espoirs qui s’effondrent

 
Réduit à 10, le Cercle prend la décision de contrôler le match et d’être solide défensivement. Un plan de jeu qui fonctionne et qui ferme le match. Pas de vraies occasions jusqu’à une faute des Brugeois dans leur rectangle. Un pénalty qui peut renverser la tendance du match, mais la décision du VAR se fait attendre. S’il est finalement accordé, il sera mal tiré par Ilaimaharitra et arrêté par Warleson. C’est peut-être le ballon du match et de la victoire qui échappe aux Carolos. Si Charleroi est en supériorité nuimérique, le Sporting n’en profitent pas et le Cercle est même dangereux (74e). Il faudra attendre la 86e pour voir une possibilité de but avec Guiagon, mais Warleson sort le ballon dehors. Les dernière minutes dans le temps réglementaire donneront à Stulic deux belles occasions, mais ça ne donnera rien. En fin de match, les supporters carolos ont même eu une belle frayeur, mais Koffi intervient correctement sur la ligne. 0-0 dans cette rencontre.
 
Avec un résultat pas vraiment favorable, les Carolos vont trembler jusqu’au bout de la phase classique. 
 

“Aujourd’hui, c’est le résumé de notre saison. On ne récolte pas les fruits de notre travail. Mais il faut dire que le Cercle n’a pas donné un meilleur football que nous.” déclare Felice Mazzù.  

Sacha Benazzi
 



Source link

Leave a Comment