Netflix dévoile sa série biographique sur Rocco Siffredi


L’acteur Alessandro Borghi incarne Rocco Siffredi dans une série qui retrace le parcours de cette star mondiale du X.

Netflix propose ce mercredi 6 mars une incursion dans les coulisses de l’industrie du X avec la série Supersex, un programme en sept épisodes sur la vie de Rocco Siffredi. Le jeune acteur Alessandro Borghi lui prête ses traits, et en dresse un portrait pas toujours reluisant.

De son enfance pauvre à Ortona, petite ville des Abruzzes, à son statut d’icône du cinéma pornographique mondial, cette fiction interdite aux moins de 16 ans retrace le parcours de l’acteur italien au 1.500 films.

L’annonce du programme, en décembre dernier, avait reçu un accueil mitigé. Quelques années après la révolution #MeToo, ce projet centré sur une industrie souvent dénoncée pour ses violences envers les femmes a déchaîné les passions sur X (ex-Twitter). D’autant que, quelques semaines plus tôt, les images des attouchements de Rocco Siffredi sur Cécile de Ménibus, en 2006 sur le plateau de Cauet, avaient été exhumées.

“Vous n’avez pas honte de banaliser le fait d’être un gros porc?” s’était agacé un internaute, tandis que d’autres parlaient de boycott.

Une série sur “ce que le porno représente”

Pourtant, Supersex a été écrite par Francesca Manieri, cinéaste et militante féministe. Si sa première réaction a été de rire lorsqu’on lui a proposé de se charger du scénario, elle a finalement choisi de se lancer: “J’ai décidé de relever le défi parce que ça me permet de comprendre les mécanismes de construction de la masculinité”, a-t-elle confié à BFMTV. Avant de poursuivre:

“L’autre raison, c’est que l’industrie du porno est un pouvoir. Je voulais faire une série non pas sur le porno, mais sur ce qu’il représente.”

De fait, Supersex ne glorifie par Rocco Siffredi. Au contraire, le portrait global frôle le pathétique; le programme s’attarde sur son addiction au sexe, ses pulsions liées aux douleurs familiales, le fait qu’il soit résumé à une partie de son anatomie… le téléspectateur assiste également à sa quête désespérée de l’amour, qui entre en contradiction avec son mode de vie.

“Se mettre dans les chaussures de quelqu’un d’autre, c’est difficile”, déclare Francesca Manieri. “Mais se mettre dans les chaussures de Rocco Siffredi quand on est féministe et lesbienne, c’est un sacré voyage. J’ai beaucoup appris.”





Source link

Leave a Comment