Que célèbrent les chrétiens lors du dimanche des Rameaux ?



Ce dimanche 24 mars, les chrétiens du monde entier entrent dans l’un des temps religieux les plus forts de leur foi : la Semaine sainte. Celle-ci est inaugurée en ce jour par la célébration des Rameaux. La religieuse française Nathalie Becquart, proche du pape François, qui copilote le Synode des évêques, commentera pour la Rai – la télévision italienne – la messe pontificale. Elle explique au Point le sens des Rameaux depuis son bureau, sur la via della Conciliazione, à deux pas de la basilique Saint-Pierre.

Le point du soir

Tous les soirs à partir de 18h

Recevez l’information analysée et décryptée par la rédaction du Point.

Merci !
Votre inscription a bien été prise en compte avec l’adresse email :

Pour découvrir toutes nos autres newsletters, rendez-vous ici : MonCompte

En vous inscrivant, vous acceptez les conditions générales d’utilisations et notre politique de confidentialité.

Le Point : Quel est le sens des Rameaux ?

Sœur Nathalie Becquart : Le dimanche des Rameaux, les chrétiens célèbrent l’entrée du Christ dans Jérusalem six jours avant la Pâque juive. Il est arrivé sur un âne et il a été accueilli par la foule qui l’a acclamé quasiment comme un roi avec des palmes. Cette même foule qui, ensuite, va participer à sa condamnation. Cet événement est au cœur de la foi chrétienne, puisqu’avec les Rameaux débute l’entrée dans la célébration du mystère de Pâques, qui commémore la mort et la résurrection du Christ. La Semaine sainte démarre par une procession en tenant des rameaux à la main qui rappellent la façon dont le Christ a été accueilli dans Jérusalem. Au cours de la messe, on lit tous les textes concernant la Passion de Jésus. Nous entrons dans la Semaine sainte en faisant mémoire des événements qui ont conduit le Christ à la mort sur la croix. Puis, le jour de Pâques, on célébrera sa résurrection.

Pour souligner, c’est le cœur de la foi chrétienne, que la vie est plus forte que la mort. Dieu veut pour nous la vie, Il nous crée pour la vie ; la mort n’est pas l’ultime fin. Voilà le message de la résurrection. Mais, avant cela, le Christ est passé par la Passion, il a été condamné comme un truand, il a été porté sur la croix par les autorités politico-religieuses de l’époque. Après la messe des Rameaux, chaque chrétien repart avec des branches bénies que l’on va garder sur un crucifix jusqu’à la messe des Cendres l’année suivante, au cours de laquelle on utilise des cendres préparées à partir de ces rameaux brûlés. On commémore la manière dont le Christ s’est offert pour annoncer son message : on ne répond pas au mal par le mal, mais par un geste d’offrande et d’amour.

À LIRE AUSSI Qu’est-ce que le « mercredi des Cendres », qui marque l’entrée dans le carême ? Pourquoi la symbolique des rameaux ?

Quand le Christ est entré à Jérusalem, les gens le saluaient en déposant sur son chemin des vêtements, ainsi que des feuillages, et l’acclamaient avec des branches de palmiers. Les rameaux symbolisent cela. Mais les formes sont différentes selon les pays. En France, par exemple, on utilise en général des buis ; dans d’autres pays, ce peut être de grandes palmes. Les chrétiens qui viennent à la messe prennent un rameau à l’entrée, ils sont bénis, et pendant la lecture de l’Évangile qui raconte cet épisode de la vie du Christ, on lève nos rameaux pour rejouer la scène de la foule acclamant Jésus.

Par cette procession des Rameaux, nous reconnaissons déjà que le Christ est le Seigneur ressuscité, que la mort n’a pas le dernier mot.

C’est un dimanche de joie avant la Passion ?

Il y a les deux, puisque ce dimanche des Rameaux incarne ce passage, de l’acclamation à la dénonciation. On voit comment la foule peut être versatile : les mêmes qui avaient acclamé Jésus, qui l’avaient reconnu comme le Sauveur, vont le conspuer. Allons-nous suivre le Christ jusqu’au bout, y compris dans sa Passion, ou bien agir comme cette foule qui l’acclame quand il arrive et retourne sa veste après ? Par cette procession des Rameaux nous reconnaissons déjà que le Christ est le Seigneur ressuscité, que la mort n’a pas le dernier mot.

Quelle lecture contemporaine peut-on avoir de cet épisode ?

Les chrétiens essaient de vivre cette relation au Christ, d’aimer le Christ, de le suivre, en apprenant à aimer et servir toujours davantage les autres. Il y a des moments où c’est facile, il y en a d’autres avec des épreuves. Notre foi est-elle suffisamment enracinée, pour résister à l’adversité, les souffrances, les difficultés ? Abandonne-t-on face aux épreuves, ou bien nous serrons-nous les coudes pour les traverser ensemble ?

Tant de personnes vivent dans leur chair la Passion du Christ aujourd’hui. Le message chrétien est de leur dire qu’ils ne sont pas seuls. Que le Christ est avec eux pour marcher à leurs côtés, qu’il a vécu, lui aussi, des épreuves, jusqu’à la mort, mais il est ensuite ressuscité. Par sa vie donnée par amour jusqu’à la mort, il nous ouvre un chemin d’espérance et nous invite à avancer ensemble dans un esprit de fraternité et de solidarité.




Source link

Leave a Comment