Quelles sont ses origines du poisson d’avril et comment les Européens le célèbrent-ils ?


La première référence au poisson d’avril provient d’un poème comique flamand de 1561, dans lequel un noble envoie son serviteur faire des courses impossibles.

PUBLICITÉ

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un jour férié, le 1er avril est célébré dans de nombreux pays.

Connu pour donner aux gens la possibilité de faire des blagues à leurs amis, leur famille, leurs collègues et à peu près tout le monde, ce jour est considéré comme une occasion de tromper les plus crédules et de leur faire croire des choses extravagantes.

Les farceurs se réjouissent, et ceux qui n’aiment pas les blagues… n’ont qu’à bien se tenir.

Mais quelles sont les origines de cette journée et comment les pays européens célèbrent-ils cette fête ?

Qu’est-ce que le poisson d’avril ?

Il s’agit d’une journée de plaisanteries, de farces et de canulars. Les farceurs crient souvent “Poisson d’avril !” à leur victime, et cette coutume est observée depuis des centaines d’années.

D’où vient cette tradition ?

L’origine du poisson d’avril est controversée.

Beaucoup font remonter cette coutume à la France médiévale, où le 25 mars était le jour de l’an jusqu’à ce que le calendrier julien soit réformé en 1564 et remplacé par le calendrier grégorien. Auparavant, les festivités du Nouvel An culminaient le 1er avril. Après l’adoption officielle du 1er janvier comme jour de l’an, ceux qui oubliaient de changer la date et continuaient à fêter le 1er avril étaient ridiculisés et qualifiés de “poissons d’avril”.

Les historiens ont établi un lien entre le poisson d’avril et les fêtes de printemps, telles que la fête médiévale des Fous, une mascarade à laquelle les ecclésiastiques participaient activement, et l’Hilaria (qui signifie “joyeux” en latin), qui était célébrée dans la Rome antique à la fin du mois de mars par les adeptes de la déesse phrygienne Cybèle et de son dévot Attis. Les festivités comprenaient des jeux, des déguisements et des moqueries à l’égard des voisins. C’était l’occasion pour les roturiers déguisés d’imiter la noblesse à des fins détournées, sans aucune répercussion.

D’autres estiment que la fête de Holi en Inde, qui a également lieu en mars, pourrait être à l’origine de cette journée. Connu sous le nom de Fête des couleurs, cet événement annuel est censé honorer l’arrivée du printemps et le dieu hindou Krishna par le biais de repas, de danses et de jets de poudre de peinture.

Quelle est la première référence au poisson d’avril ?

La première référence précise provient d’un poème comique flamand de 1561 d’Eduard de Dene, dans lequel un noble envoie son serviteur faire des courses ennuyeuses et infructueuses.

D’où l’expression “courses de fou”.

À la fin de chaque strophe, le serviteur s’inquiète du fait que ce qu’on lui demande de faire n’est rien d’autre qu’une plaisanterie.

Comment le poisson d’avril est-il célébré en Europe ?

Chaque pays a sa propre façon de faire des farces à ses victimes.

En France, en Belgique, en Italie et dans les régions francophones de Suisse, les célébrations consistent à coller un poisson en papier sur le dos du plus grand nombre de personnes possible sans se faire remarquer, puis à crier “Poisson d’avril !” ou “Pesce d’aprile !”. De nombreuses personnes suggèrent que les poissons font référence à de jeunes animaux qui se laissent facilement attraper.

En Angleterre, le poisson d’avril n’est célébré que pendant une demi-journée. Les farces et les plaisanteries ne sont autorisées que jusqu’à midi, heure à laquelle vous devez avouer vos farces. Toute personne qui fait une blague après midi est considérée comme “l’imbécile d’avril” (April fool) car il ne connaît ou ne comprend pas les règles.

Les festivités du poisson d’avril en Écossedurent deux jours. Le premier jour jour est appelé le Gowkie Day, en référence au Coucou qui symbolise le fou, ce qui a conduit certains à penser que le poisson d’avril était à l’origine associé au fait d’être cocu. Ce premier jour est célébré par des farces, tandis que le second – connu sous le nom de Tailie Day (le jour de la queue) – est l’occasion pour les gens de placer des queues sur le dos les uns des autres.

En Irlande, la tradition veut que l’on envoie quelqu’un faire une “course folle”. La victime est chargée de remettre une lettre censée demander de l’aide. Lorsque la personne reçoit la lettre, elle l’ouvre, la lit et dit au messager qu’il devra la remettre à une autre personne. Cela dure un certain temps jusqu’à ce que quelqu’un ait pitié d’elle et lui montre ce que dit la lettre : “Envoyez cet imbécile à quelqu’un d’autre”.

Aux Pays-Bas, les citoyens ont tendance à lancer des harengs dans la direction de leurs voisins en criant “haringgek” (harengs fous).

PUBLICITÉ

Les Allemands font aussi des poissons d’avril (Aprilscherz) en racontant des histoires entièrement inventées pour tromper les autres. Avant de dire “April April !” pour faire comprendre qu’il s’agissait d’une blague.

En Grèce, on dit que le fait de réussir à tromper quelqu’un ce jour-là porte chance au farceur pour toute l’année.

Les Polonais, quant à eux, prévoient un avertissement : “Prima Aprilis, uważaj, bo się pomylisz !”, ce qui se traduit par “Poisson d’avril, fais attention, tu peux te tromper !”.

Les Portugais fêtent le 1er avril comme le “jour des mensonges” mais font aussi des blagues à l’occasion du carnaval, les jours précédant le Carême. A l’époque, les gens jetaient de la farine sur les passants qui ne se doutaient de rien.

Quant aux Espagnols, le jour des farces est célébré le 28 décembre, le Jour des Saints Innocents, au cours duquel personne ne peut être tenu pour responsable de ses actes, les farceurs étant considérés comme innocents.

PUBLICITÉ

Poissons d’avril dans les médias

De nos jours, les médias participent aussi à la tradition du 1er avril en se donnant beaucoup de mal pour créer des canulars élaborés.

Les Britanniques ont tendance à tirer leur épingle du jeu.

En Angleterre, il était devenu courant d’envoyer des victimes crédules à la Tour de Londres pour assister au lavage des lions, une cérémonie qui n’existait en réalité pas. La farce est apparue pour la première fois dans un journal britannique le 2 avril 1698, avec un article en première page : “Hier étant le premier avril, plusieurs personnes ont été envoyées à la Tour de Londres pour voir les lions lavés”. Les exemples de ce canular particulier se sont poursuivis au moins jusqu’au milieu des années 1800.

Bien plus tard, le 1er avril 1957, la BBC a rapporté dans une séquence parodique que les agriculteurs suisses connaissaient une récolte record de spaghettis et a diffusé des images de personnes recueillant des pâtes sur des arbres. Et de femmes les étendant au soleil pour les faire sécher. De nombreuses personnes ont été trompées, à tel point que la chaîne de télévision a dû admettre la supercherie dès le lendemain.

La BBC a une bonne expérience en matière de blagues. En 2008, elle a de nouveau dupé son public avec sa bande-annonce virale “Miracles de l’évolution”, qui semblait montrer des pingouins spéciaux ayant retrouvé la capacité de voler.

PUBLICITÉ

Les États-Unis sont également excellents lorsqu’il s’agit de diffuser de fausses histoires.

En 1992, la National Public Radio a diffusé un spot dans lequel l’ancien président Richard Nixon déclarait qu’il se présentait à nouveau à l’élection présidentielle. Le public a été pris par surprise, et d’énormes soupirs de soulagement ont été poussés lorsqu’il a été révélé qu’il s’agissait d’un acteur et non de Nixon.

En 2014, la NPR a fait la promotion d’un article sur Facebook, intitulé : “Pourquoi l’Amérique ne lit-elle pas les journaux ? “ L’article a suscité l’indignation chez certains. Mais ceux qui ont réellement lu l’article ont pu voir ce message : “Félicitations chers lecteurs, joyeux poisson d’avril !”.

Les grandes compagnies jouent également le jeu, Virgin Atlantic ayant dévoilé en 2017 le “Dreambird 1417”, dont les ailes se plient et se courbent pour créer un mouvement de battement qui “non seulement propulse l’avion vers l’avant, mais génère sa propre énergie pour répondre à tous les besoins électroniques à bord”.

Marmite, le fabricant de la pâte à tartiner la plus aimée ou la plus détestée du Royaume-Uni, a lui annoncé le lancement de “Meh-Mite”, une version plus douce que l’on ne peut “ni aimer, ni détester”.

PUBLICITÉ

Méfiez-vous donc des informations communiquées le 1er avril.

Par exemple… le passage de cet article concernant les harengs aux Pays-Bas est totalement faux !



Source link

Leave a Comment