Tennis. ATP – Miami – Grigor Dimitrov en finale : «S’il n’y avait pas eu le Big 4… »


Grigor Dimitrov n’a jamais être aussi fort. A 32 ans, le Bulgare ne cesse de repousser ses limites et semble au sommet de son art. Alors qu’il n’avait plus battu Alexander Zverev depuis 10 ans et un succès à Bâle en octobre 2014, le bourreau de Carlos Alcaraz, a enfin trouvé la clé au Masters 1000 de Miami pour dompter Zverev, 6-4, 6-7(4), 6-4. Brillant, il a lâché 18 aces, 45 coups gagnants, et n’a pas perdu une seule fois son service. Grâce à cet exploit, Dimitrov jouera sa troisième finale en Masters 1000, après Cincinnati 2017 et le Rolex Paris Masters 2023. Il affrontera Jannik Sinner pour soulever sans doute son plus beau titre. Dans l’Ohio en 2017, le Bulgare n’avait battu qu’une seule tête de série, John Isner. Celui qui fera son retour dans le Top 10 lundi a déjà fait mieux en Floride

Vidéo – Sinner affrontera Dimitrov en finale à Miami

Retrouvez le tableau du Masters 1000 de Miami en cliquant ici

 

“La discipline, le travail acharné, l’implication…”

Pour la première fois depuis octobre 2018, Dimitrov sera dans le Top 10 lundi. Une logique récompense pour un joueur étincelant depuis près de six mois. “Ce qu’il y a de plus important pour moi, c’est d’avoir été capable de battre coup sur coup de grands joueurs comme Carlos Alcaraz et Alexander Zverev. Si vous savez faire ça, le classement suit. La discipline, le travail acharné, l’implication que je mets dans tout ça… Pour rester au top, il faut être capable de battre régulièrement les meilleurs et c’est ce que j’arrive à faire depuis huit ou neuf mois. Et quand je perds, je repars au boulot, il n’y a pas de secret. Chaque jour, si je n’ai pas une douleur qui m’empêche de m’entraîner, j’y vais. Et je suis fier de tout ça.”

 

“Et me voilà en finale”

Tombeur de trois Top 10 coup sur coup, Grigor avait pourtant failli chuter d’entrée contre Alejandro Tabilo. Le Chilien menait 7-6(5), 6-6 (5-2) avant d’être finalement renversé. “Ce n’était pas un moment agréable du tout, croyez-moi. Vous savez, je crois toujours en mes chances quand je rentre sur un court. C’est vrai qu’après celui-là, je me sentais plus fort. Mais c’est le cas après chaque victoire. Mais j’ai quand même pu construire sur ce match. Cela m’a donné plus de confiance, c’est inévitable. Et avec ça, on veut toujours faire mieux. Et me voilà en finale.”

 

“Si je n’avais pas eu le Big 4 autour de moi, ça n’aurait pas été pareil”

Bloqué par le Big 3 et même le Big 4, Roger Federer, Rafael Nadal, Novak Djokovic et Andy Murray, Dimitrov pourrait être frustré. Mais ce n’est pas le cas. Le joueur de 32 ans est au contraire reconnaissant d’avoir joué durant cet ère. “En fait, je pense le contraire, que j’ai eu beaucoup de chance. Pouvoir jouer avec les tout meilleurs de votre sport et parvenir à les battre parfois, ce n’est pas rien. Franchement, je peux vivre avec ça. Le chemin que j’ai accompli… Si je n’avais pas eu ces gars autour de moi, ça n’aurait pas été pareil. Bien sûr, il y a eu pas mal de quarts de finale, de troisièmes tours que j’ai perdu contre eux. Mais cela m’a aussi façonné. Sans eux, je ne serais probablement pas celui que je suis aujourd’hui. Ils ont été les pionniers du tennis qui se joue aujourd’hui.”





Source link

Leave a Comment