Thomas Pesquet a préféré Charleroi à un voyage à Kourou avec le président Macron : “Nous ne sommes qu’un point minuscule dans l’univers”


Car ce lundi, l’astronaute français était bel et bien présent à Charleroi pour participer au Big Bang Day, une conférence qui devait permettre de faire le “Voyage vers l’extrême : de l’infiniment petit à l’infiniment grand”, aux côtés de l’humoriste Cécile Djunga, de la jeune pilote Zara Rutherford et du physicien et écrivain Christophe Galfard. À l’applaudimètre, il ne fait toutefois aucun doute sur celui qui était le plus attendu.

Mais le Français a commencé sa journée de manière originale puisque surréalisme belge oblige, Thomas Pesquet a appris à cuire des frites à Charleroi, avant de laisser l’empreinte de son pied dans un bloc d’argile, un pied que beaucoup espèrent désormais voir fouler le sol de la lune dans les prochaines années. Il pourrait ainsi devenir le tout premier européen à le faire.

Mais Thomas Pesquet était avant tout là à Charleroi pour parler de son expérience à bord de la station spatiale internationale et de ses 396 jours dans l’espace. Ce qu’il a fait face à 1800 étudiants, tous pendus à ses lèvres. Il devait reproduire le même exercice en soirée, face à un public un peu plus hétéroclite, mais pas moins curieux puisque toutes les places pour cet événement sont parties en moins d’une heure. “Remplir deux fois le palais des Beaux-Arts de Charleroi sur une seule journée, il est le seul à l’avoir fait, souriait encore le secrétaire d’État. Comme quoi, la science peut encore intéresser les jeunes.”

Avant Pesquet, la jeune pilote Zara Rutherford est venue, elle, raconter son voyage en ULM et en solitaire autour de la terre. “J’ai piloté pour la première fois à 15 ans, pas très loin d’ici d’ailleurs à Buzet près de Charleroi, raconte celle qui détient désormais le record du monde de la plus jeune femme à avoir fait le tour du monde en solitaire. J’avais ce rêve depuis que j’étais super jeune.”

Thomas Pesquet
Zara Rutherford est la plus jeune femme pilote à voler en solitaire autour du monde et la première femme à réaliser un tour du monde dans un avion ultraléger. ©EDA

Physicien et écrivain, Christophe Galfard est quant à lui venu présenter et commenter d’incroyables images de l’espace des télescopes Hubble et surtout James Webb. “On est vraiment tout petit dans cet univers”, souriait d’ailleurs un des étudiants à la sortie de la conférence.

Thomas Pesquet
©EDA

Et entre les deux conférences, Thomas Pesquet a également pris du temps pour répondre à quelques questions des lecteurs du JDE, le journal des 9-13 ans. “Comment vous vous êtes entraînés pour aller dans l’espace ?”,“Combien de temps cela a-t-il duré ?”,“Est-ce que c’est dur de quitter sa famille quand on va dans l’espace ?” Les questions ont afflué à la rédaction du JDE et il a fallu faire des choix, preuve que l’espace fait rêver encore beaucoup de monde. “Est-ce que c’est impressionnant l’espace ? De jour, quand on est un peu ébloui par la lumière du soleil, on ne voit que du noir, il y a des milliards d’étoiles, mais on ne les voit pas, raconte notamment l’astronaute. Par contre la nuit, quand on laisse ses yeux s’habituer, on voit la voie lactée, les étoiles, … et c’est infini. C’est ça qui est impressionnant. Nous ne sommes qu’un point minuscule dans l’univers. C’est notamment pour ça que de là-haut, on regarde souvent la terre, cela nous rassure, alors que le côté espace, personnellement, ça me donne le vertige (rires).”

Thomas Pesquet
©EDA



Source link

Leave a Comment