WEC – 1812 km Qatar : Porsche Penske s’impose, triplé des 963 LMDh


Avec neuf constructeurs dans la catégorie-reine, il est peu de dire que la saison 2024 du WEC était attendue avec impatience par tous les fans. Parmi ces derniers beaucoup se demandaient quand est-ce qu’une voiture répondant au règlement LMDh s’imposerait en WEC. Nous n’avons eu besoin que d’une course pour avoir la réponse.

 

Porsche a dominé les débats, confirmant les bonnes dispositions entrevues depuis le début du Prologue. Victime de deux crevaisons relativement tôt dans la course la mettant hors séquence et d’un Michael Christensen évoluant un ton en dessous de ses équipiers, la 963 n°5 n’a pu faire qu’illusion lors d’une début de course ô combien enthousiasmant.

 

La voiture sœur a alors pris le relais, à peine menacée par la Peugeot 9X8 n°93 et par une Ferrari n°50 au volant de laquelle Miguel Molina a pris un excellent départ avant de sombrer après que l’Espagnol a écopé d’un drive-through pour avoir coupé la ligne blanche à l’entrée de la voie des stands. La 499P n°51 ayant perdu un temps précieux après avoir perdu son bloc arrière, la firme italienne doit se contenter de la 8e place avec la n°50 et de la 14e avec la n°51.

 

A une petite dizaine de tours du but, la Porsche n°6 a cependant dû s’arrêter une ultime fois. Sa plaque de numéro ayant disparu lors d’un contact, un sticker lui a été posé à la demande de la direction de course. Mais cela n’a pas empêché la 963 de signer sa première victoire d’une LMDh en WEC un mois après avoir remporté les 24 Heures de Daytona. Il s’agit du 17e succès de Porsche depuis la renaissance du WEC en 2012, le premier depuis les 6 Heures du Circuit des Amériques 2017. Laurens Vanthoor et Kévin Estre remportent leur première victoire au général en WEC. Pour André Lotterer il s’agit de la 11e, la première avec Porsche et la première depuis l’édition 2015 des 6 Heures de Spa.

 

Ayant observé un arrêt de plus que la concurrence,la seconde Porsche n°5 – Porsche Penske termine 3e, après avoir profité d’un souci rencontré par Jean-Eric Vergne (Peugeot 9X8 n°93), à l’amorce de l’avant-dernier tour. Le Français, bien parti pour terminer 2e, a été contraint de s’incliner face à la Porsche n°12 du Team Jota et la deuxième 963 du Team Penske, ce qui signifie que le constructeur allemand signe un triplé, une première depuis Spa 2013 et Audi.

 

L’honneur de la firme au cheval cabré est sauvé par la 499P n°83 alignée par AF Corse pour Kubica / Shwartzman / Ye. Cinquième, cette dernière n’a cependant jamais donné l’impression de pouvoir prétendre au podium et finit juste derrière la Cadillac V-Series.R n°2.

 

Discrètes, les Toyota n°7 et n°8 terminent respectivement aux 6e et 10e rangs, alors que Alpine marque des points pour la première sortie de la A424, avec la 9e place de la n°35 de Chatin / Milesi / Habsburg.

 

Porsche et Manthey dominateurs en LMGT3

 

Dans une interview accordée à Endurance-Info, Augusto Farfus disait avoir hâte de voir un constructeur remporter les deux catégories le même jour. C’est fait, puisque la 911 GT3 R n°92 du Manthey Pure Rxcing entre dans l’histoire en inaugurant le palmarès LMGT3 du WEC. Une performance signée par le trio Sturm / Malykhin / Bachler, qui vient de remporter l’Asian Le Mans Series et qui confirme figurer parmi les principaux candidats au titre.

La voiture sœur n’a pas démérité, mais a été victime de son électronique. Finalement, le podium est complété par l’Aston Martin Vantage GT3 n°27 de The Heart of Racing, emmenée par Riberas / Mancinelli / James. Aston Martin met deux autos sur le podium, puisque la n°777 du D’Station Racing (Mateu / Sorensen / Bastard) suit au classement.

 

Pour sa première course en WEC, Valentino Rossi termine au pied du podium sur la BMW M4 GT3 n°46 du Team WRT. Par ailleurs, jamais United Autosports (McLaren), Proton Competition (Ford Mustang), Iron Lynx (Lamborghini) et Akkodis-ASP (Lexus) n’ont joué le moindre rôle.

 

Le classement de la course est ICI



Source link

Leave a Comment